Lorsque Champagne et classicisme font un ménage parfait

Il y a deux années de cela nous avons eu la chance de rencontrer Claude Mandois à Vinexpo. Rencontre fortuite mais heureuse qui nous mena à importer trois étiquettes de la maison. Le premier arrivage suffit à convaincre notre public de dégustation et de restaurant que nous avions ici affaire à un champagne rigoureux dans l’approche viticole et la dégustation.

Il nous fait donc plaisir d’en remettre un couche avec un deuxième arrivage pour l’automne 2019!

Bonne lecture et bonne dégustation.

MANDOIS – Côte des Blancs

La première mention de la maison Mandois est en 1735 alors que celle-ci était encore à Épernay. Suivant Victor Mandois qui sera le premier à vinifier et commercialiser des vins de Champagne, Auguste Mandois déplacera la maison à Pierry en 1905. C’est maintenant Claude Mandois (9e génération) qui est à la tête de la maison toujours indépendante et de capital familial. 

Le village

Situé à Pierry, village classé premier cru de la Champagne adossé à la Côte des Blancs, la maison est propriétaire d’un vignoble qui s’étend sur 40 hectares. Les côtes d’Epernay, la Côte des Blancs, ainsi que le Sézannais, constituent la majeure partie de son vignoble situé sur 12 villages différents. Ses approvisionnements proviennent de villages réputés et de terroirs prestigieux tels Chouilly, Vertus, Pierry, Epernay. Le vignoble Mandois bénéficie d’un encépagement constitué de 70% Chardonnay, 15% Pinot Noir, 15% Pinot Meunier.

Le travail du sol

Claude Mandois, précurseur, décide en 2010, après avoir longuement expérimenté sur le clos, le travail du sol un rang sur deux, il décide d’appliquer cette culture alternative sur l’ensemble de son vignoble. La résultante a été un enracinement plus profond de la plante et une expression naturelle du terroir. A ce jour Champagne Mandois reste un pionnier dans cette démarche.

Caves

Datant de la fin du XVIIème siècle, et enfouies dans les profondeurs de la Champagne, les caves apportent fraîcheur et longévité au Champagne Mandois.

L’atmosphère très particulière qui règne dans ces lieux tient tout d’abord à son architecture unique, faite de voûtes en pierres meulières. C’est aussi ici que sont élaborées secrètement les liqueurs de dosage et que reposent les demi-muids qui permettent à la Maison Mandois de perpétuer la tradition et le style unique de ses champagnes.

Tous les flacons (bouteilles, magnums et autres contenants) disposés « sur pointe » sont protégés de l’effet du temps, sous la chapelle de l’église de Pierry. En ce lieu mystique, sous la tombe de Frère Oudart, se cache un fût de la meilleure cuve de Champagne Mandois dédié chaque année à la messe de Saint Vincent. L’histoire de ces caves est le trésor enfoui de la Champagne.

Le travail sous-bois

Une partie des vins notamment les Grands Crus sont élevés sous-bois dans des Demi-Muids (Fût de 600 l) afin de respecter au mieux le vieillissement des vins. Depuis 1735, un savoir-faire transmis de génération en génération a permis de définir dans un esprit d’indépendance le style si particulier de nos Champagnes axés sur la finesse et l’élégance. Un vignoble merveilleusement situé, des raisins produits avec passion, un assemblage minutieux et un vieillissement prolongé définissent les constantes de notre philosophie.

Cuvées disponibles pour mettre en cave chez Cerise pour l’automne 2019 :

CHAMPAGNE BRUT NM – 54$

L’assemblage harmonieux des 3 cépages (40% Chardonnay/ 30% Pinot noir/ 30% Pinot meunier) et de tous les crus de la propriété permet à cette Cuvée Brut Origine d’atteindre un équilibre parfait et une qualité remarquable. La présence également dans cette bouteille de 3 années consécutives assure une régularité de style.

Fruitée, dosée légèrement, cette Cuvée trouve sa place en apéritif où elle exprime pleinement sa qualité naturelle.

40% Chardonnay, 30% Pinot Noir, 30% Pinot Meunier

12,5% Alc.

Vignes de 25 ans sur sols argilo sablonneux et faluns coquillés (calcaire)

3 ans de vieillissement en cave.

9 g/l dosage

54$ taxes en sus par bouteille. Le prix est net pour emporter.

Veuillez prévoir des frais de bouchons de 20$ si dégusté sur place.

Disponible pour la réservation en ligne jusqu’au: 10 octobre 2019

BLANC DE BLANCS 1ER CRU 2013 – 62$

Le Blanc de Blancs (100% Chardonnay) Mandois est issu d’un assemblage de plusieurs terroirs où le Chardonnay se plait particulièrement. Parfaitement représentatif du millésime, il est légèrement dosé afin de laisser la qualité naturelle du Chardonnay s’épanouir pleinement. C’est au moment privilégié de l’apéritif que les saveurs délicates de cette belle cuvée s’expriment au mieux pour le plus grand plaisir des amateurs. C’est l’une des cuvées qui remporte le plus grand succès auprès des amateurs du Champagne Mandois et de la grande restauration.

100% Chardonnay

12% Alc.

Vignes de 25 ans sur sols argilo sablonneux et faluns coquillés (calcaire)

4 ans de vieillissement en cave.

8 g/l dosage

62$ taxes en sus par bouteille. Le prix est net pour emporter.

Veuillez prévoir des frais de bouchons de 20$ si dégusté sur place.

Disponible pour la réservation en ligne jusqu’au: 10 octobre 2019

BLANC DE NOIRS 2012 – 62$

Toujours choisi dans une année de grand millésime, il exprime à lui seul la qualité Mandois. D’une grande élégance, ce Blanc de Noirs Brut est un 100% Pinot noir. Tout en rondeur, le Millésimé 2012 exprime la générosité d’un grand champagne de corps. Très légèrement dosé grâce à sa souplesse naturelle, le Blanc de Noirs Brut 2012, apprécié des fins dégustateurs, possède une bonne charpente qui permet de le servir aussi bien en apéritif que lors d’un repas.

100% Pinot Noir

12% Alc.

Vignes de 25 ans sur sols argilo sablonneux et faluns coquillés (calcaire)

4 ans de vieillissement en cave.

8 g/l dosage

62$ taxes en sus par bouteille. Le prix est net pour emporter.

Veuillez prévoir des frais de bouchons de 20$ si dégusté sur place.

Disponible pour la réservation en ligne jusqu’au: 10 octobre 2019

BRUT MAGNUM NM – 108$

L’assemblage harmonieux des 3 cépages (40% Chardonnay/ 30% Pinot noir/ 30% Pinot meunier) et de tous les crus de la propriété permet à cette Cuvée Brut Origine d’atteindre un équilibre parfait et une qualité remarquable. La présence également dans cette bouteille de 3 années consécutives assure une régularité de style.

Fruitée, dosée légèrement, cette Cuvée trouve sa place en apéritif où elle exprime pleinement sa qualité naturelle.

L’attaque en bouche souple se distingue par une grande minéralité issue des sous-bois crayeux et se termine par un champagne crémeux et légèrement vanillé. Les terroirs prestigieux : Chouilly, Vertus, Pierry entrent dans la composition de ce blanc de blancs qui par son attitude au vieillissement et sa longueur élégante définit l’esprit de la maison.

40% Chardonnay, 30% Pinot Noir, 30% Pinot Meunier

12% Alc.

Vignes de 25 ans sur sols argilo sablonneux et faluns coquillés (calcaire)

3 ans de vieillissement en cave.

9 g/l dosage

108$ taxes en sus par bouteille. Le prix est net pour emporter.

Veuillez prévoir des frais de bouchons de 20$ si dégusté sur place.

Disponible pour la réservation en ligne jusqu’au: 10 octobre 2019

Comme quelques moines en terrasse, un soir de juin…

Les terrasses médiévales étaient couvertes…

Pour cette première offre du mois de Juin, nous vous proposons des Chablis de la maison Tremblay.

Bien plus qu’une superbe appellation, Chablis est avant tout une pièce d’histoire de la France médiévale qui vaut la peine qu’on s’y attarde un verre à la main.

Au 9e siècle, l’Europe est dans une période quelque peu violente… Les Normands (Vikings) remontent les rivières et les fleuves pour saccager les villes et les abbayes qui sont les lieux les plus sûrs sur le continent. La Loire ne fait pas exception et c’est pour cette raison que les moines de Saint-Martin décident de changer de paysage. Ils profitent de la présence de Charles le Chauve (petit-fils de Charlemagne, chargé de la partie Ouest de l’empire Franc ) à Tours en 854 pour se faire octroyer la Villa de Chablis afin de s’y établir .

Comme le fleuve Serein devant Chablis ‘remonte’ pour se jetter dans la Seine, il y a peu de chances que les Vikings ‘descendent’ à Chablis. Rapidement les moines de Tours se rendront compte que l’endroit est non seulement dépourvu de drakkars mais aussi fort agréable pour produire des vins. Mais ce seront ultimement les moines Cistériens de Pontigny qui, grace à leurs ‘contacts’ monastiques, parviendront à ancrer le vin dans le paysage de Chablis. Vous pouvez d’ailleurs encore visiter leur Abbaye (partiellement détruite à la révolution) lors de votre prochain passage dans la région.

De Serein à Saguenay, il y a tout de même quelques Tremblay

C’est donc sur ce terroir marqué par l’histoire que l’on retrouve les vins de Gérard Tremblay dont la famille est présente sur Chablis depuis 5 générations. Avec 37 ha (dont 10 en 1er crus) les Tremblay préconisent une culture raisonnée de la vigne où chaque parcelle est unique et où ‘aucun cru ne ressemble à un autre’. Vincent Tremblay, maintenant partie prenante de l’exploitation, est un amoureux du Québec et nous présente à chaque arrivage des vins tout aussi passionnants que le domaine. Nous avons ici affaire à des Chablis sur la fleur, le miel d’accacia qui seront plus amples et onctueux que ce que l’appellation peut généralement proposer.

Vincent Tremblay nous parle de ce millésime: “Le millésime 2017 est superbe, je travaille sur le Domaine depuis 1999, j’aimais beaucoup le 2010 mais, franchement, le 2017 est exceptionnel, très concentré, d’un équilibre remarquable, grande finesse, des vins vraiment superbes, malheureusement nous n’avons pas de gros volumes. Le 2017 est de qualité un peu supérieure, la qualité des 2016 est très similaire au 2015, ce sont des vins très concentrés, très aromatiques; le 2017, lui, a une pointe d’élégance en plus. Ce sont des vins gourmands avec du gras, mais aussi beaucoup de fraicheur, ils sont très agréables dans leur jeunesse mais possèdent un bon potentiel de garde.“ Pour cet arrivage nous vous proposons donc des Chablis 1er cru de la maison déclinés en 2017!

Chablis 1er Cru Beauroy 2017 – 38,25$

Les Beaux Rouard, d’une famille de la région mentionnée en 1568, est situé sur la rive gauche du Serein.
Le Beauroy 2017, est très typé, bien parfumé et persistant, sec et complexe en bouche, fleurant le musc, le citron et l’aubépine, tout en bouche. Un vin qui sera à son meilleur accompagnant une volaille marinée aux herbes qu’on aura grillée au bbq un soir de juillet.

Chablis 1er Cru Côte de Léchet 2017 – 38,25$

La Côte de Léchet, citée depuis 1429, pourrait tirer son nom du vieux mot français ‘lèche’ qui désigne un mince tranche de pain. Comme c’était historiquement l’un des crus les moins productifs, on en serait venu à dire que certaines années ‘il n’y avait même pas lèche dans cette côte’… Heureusement, pour la maison Tremblay, nous avons ici plus qu’une lichette à nous mettre sous la dent. Un chardonnay qui associe structure et distinction, avec ces effluves de fumé bien spécifiques au palais, où s’entremêlent des notes persistantes de fruits blancs et de chèvrefeuille.
Il est assez typé Chablis avec un belle tension et il sera à l’aise à l’entrée avec un croquant de pâte phyllo au fromage de chèvre.

Chablis 1er Cru Montmain 2017 – 38,25$

Le Montmoyen, entre deux côtes plus élevées, est le plus au Sud de notre trio de Chablis de la rive gauche.
Il est l’aîné de la famille; distingué, d’un grand classicisme, très arômatique avec des notes de fruits plus mûrs et de fleurs blanches, tout en amplitude au palais.  Il saura bénéficier d’un court séjour en carafe afin de laisser ouvrir sa matière et son exubérance.
Vous pourrez l’oublier quelques mois au cellier et le redécouvrir avec un Comté ou bien un Chavignol un soir d’après ski cet hiver.

Comment commander? Cliquez tout simplement sur le vin qui vous intéresse et vous basculerez sur notre site transactionnel. Tous les vins sont conditionnés en cartons de 6. Une fois la commande passée et payée en ligne, nous ferons parvenir le carton à la succursale la plus près de chez vous. Veuillez noter que le montant payé en ligne correspond à la commission de l’agence et que la balance sera payable en succursale au moment de récupérer votre vin.

Pour en savoir plus sur les vins de Chablis nous vous conseillons le site de l’appellation: https://www.chablis.fr/

MORDRE À L’HAMEÇON COMME DEUX HARANGS AU LARGE D’ISLAY

HARENG

En cette journée bien spéciale, il nous fait plaisir de vous faire un suivi concernant un sujet chaud que nous abordons durant notre atelier scotch et ce, depuis près de quatre ans. Lorsque nous parlons des malts de la mythique île d’Islay et de leur caractère tourbé, nous faisons mention que la fameuse tourbe extraite de cette île serait vouée à une pénurie au tournant de l’an 2021.

Nous tenons cette information d’un article publié sur le blogue du réputé marchand londonien de scotches, The Whisky Exchange. Cet article fait état d’une erreur d’analyse de carotte de sol entre les années 1980 et 2015. À cause de cette erreur, semble-t-il, un manque de tourbe d’Islay serait à prévoir pour 2021. La situation serait alarmante considérant que la tourbe est un composé organique qui met énormément de temps à se former (1000 ans pour 1 mètre d’épaisseur). De plus, malgré l’omniprésence de tourbe à l’intérieur des terres d’Écosse, celle d’Islay est très différente et prisée. Étant à proximité de la mer, la tourbe de cette région amène une complexité et un caractère iodé unique au whisky fumé de l’île. Pour préparer le futur, les grandes distilleries de l’île auraient même commencé à commercialiser de whisky non-tourbé (Unpeated Islay Malt).

Les malts d’Islay ne font pas l’unanimité au sein des aficionados des whisky, mais les fervents amateurs de ceux-ci en consomment pour la peine et, à plusieurs reprises durant nos ateliers, ils se sont posé la question : « Dois-je faire des réserves? ».

En cette saison 2019 des ateliers, nous avons constaté qu’il restait à peine deux ans avant le jour J, et que malgré la veille que nous faisons sur les actualités en matière de scotch, nous n’avions toujours pas vu passer un article qui brossait un portrait de la situation. Nous en avons donc profité pour relancer l’équipe du blogue de Whisky Exchange.

L’équipe du blogue se souvenait très bien de l’article qu’ils avaient publié et BONNE NOUVELLE, la tourbe d’Islay, n’est pas en danger. En réalité, elle ne l’a jamais été. L’article de fond de 2015, bien que complet et fichument bien écrit, documenté et détaillé avait été publié un certain 1er avril. C’est donc l’orgueil un peu égratigné, mais la ratte bien dilatée qu’il nous fait plaisir de vous partager cette information qui nous fait encore bien rire.

En terminant, petite précision, les distilleries d’Islay ont RÉELLEMENT commencé à commercialiser des malts non tourbés. Non pas à cause d’un manque de tourbe, plutôt pour répondre aux personnes qui ne sont pas amateurs de whisky fumés. Les producteurs d’Islay tentent plutôt de se sortir de l’étiquette « fumé » qu’on leur pose et de développer un nouveau marché.

Vous pouvez en ce moment même vous régaler du whisky suivant :cuvée Classic Laddie de la Distillerie Bruichladddich à la SAQ (67$).

Bon 1er Avril!

PS: Ils en rajoutent même une couche aujourd’hui pour l’occasion…  Voir leur petit texte sur les alternatives vertes à la tourbe

LA GRANDE HISTOIRE DU TEMPRANILLO BLANC ET SON CHAPERON JUAN CARLOS SANCHA

L’ampélographie est une vaste discipline couvrant la science et l’histoire de la culture de la vigne. Avec 10 000 variétés connues, l’univers des cépages est aussi en constante évolution. On vient même de découvrir au Chili une parcelle d’un cépage ligérien qu’on croyait perdu : le Chaudefond.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une nouvelle variété de raisin.

La main de l’homme et son savoir-faire en botanique peuvent créer une nouvelle variété par croisement ou hybridation. Par exemple, le pinotage est un croisement du botaniste Abraham Perold entre le pinot noir et le cinsault qui a été réalisé en 1925 ; le vidal, lui, est une hybridation entre l’ugni blanc et le rayon d’or, créé en 1930 par Jean Louis Vidal.

Un croisement naturel de deux cépages dans le vignoble peut aussi arriver. Par exemple, le cabernet sauvignon est issu d’un croisement naturel qui aurait eu lieu dans le vignoble bordelais entre le cabernet franc et le sauvignon blanc.

Il se peut aussi qu’une vigne mute génétiquement de manière naturelle. Une vigne qui donne des raisins à peau noire (dans le jargon, bien que l’on parle de vin rouge, on qualifie la peau de la vigne par le qualificatif « noir ») peut, à la suite d’un changement génétique naturel, commencer à donner un raisin avec une pigmentation plus faible. Ainsi, le pinot gris vient d’une mutation pigmentaire du pinot noir et ce, même pinot gris nous a ensuite donné le pinot blanc après avoir muté. Idem pour le grenache gris avec le grenache noir. Une fois ces mutations constatées, la vigneronne décidera ou pas de conserver le bagage génétique de cette vigne en créant des boutures de celles-ci et en les replantant. C’est à partir de ce moment qu’un nouveau cépage nait.

Les cépages que nous venons de mentionner se passent de présentation, car leurs mutations génétiques sont maintenant centenaires et que leur culture est établie sur la planète vin.

Mais qu’en est-il du tempranillo blanc?

Encore peu connu hors du milieu de la sommellerie, le tempranillo blanc est un jeune cépage issu d’une mutation génétique du tempranillo noir. Ce dernier est le cépage noir le plus planté d’Espagne avec plus de 207 000 ha. Il règne en roi et maître sur plusieurs appellations d’Espagne, notamment dans la mythique vallée de la Rioja où il représente 80% du vignoble avec plus de 50 000 ha planté.

En 1988, dans la Vallée de Murillo Leza dans la Rioja Oriental (anciennement Rioja Baja), Jesús Galilea Esteban remarque qu’une vigne de tempranillo noir a donné des grappes de raisins blancs. Le phénomène se reproduisant pour une seconde vendange, il prend contact en 1989 avec l’université de la Rioja pour leur proposer des boutures et en faire des clones. En 1993, après quatre ans de travaux, les recherches sur 100 clones sont concluantes : le tempranillo blanc obtient son statut de nouveau cépage. 2007 sera l’année de la consécration pour le tempranillo blanc alors qu’il devient un cépage blanc officiel dans le cahier de charge de l’appellation Rioja Blanco. De nos jours, le tempranillo blanc est le 2e cépage blanc en importance dans la région après le Viura qui est encore massivement planté.

Pour chapeauter la recherche et le développement du tempranillo blanc, l’université de la Rioja mandate les professeurs Juan Carlos Sancha et Fernando Martínez de Toda. En 1990, Juan Carlos Sancha travaille pour un pionnier de l’agriculture organique dans la Rioja, le réputé domaine Ijalba (dont les vins sont disponibles à SAQ).

Ampélographe émérite, Juan Carlos Sancha possède aussi 8 ha de vignes dans la Vallée de Najerilla (Rioja Alta). Une magnifique parcelle à flanc de montagne qui culmine à 565 m d’altitude. Ce laboratoire de recherche est l’endroit où il a planté son tempranillo blanc en 1997. Mais dans l’idéation de ce cépage rare, il y fait aussi pousser de la maturana tinta, du maturana blanca et un cépage si peu connu qu’il n’est pas encore au livre de l’appellation : le monastel de Rioja (à ne pas confondre avec le monastrell). Cette parcelle compte également des vieux grenaches centenaires; elle est cultivée de façon manuelle en lutte organique et est considérée comme étant parmi les plus fraîches de la Rioja.

Après avoir quitté ses fonctions chez Ijalba, Juan Carlos Sancha décide de commercialiser ses propres vins issus de son laboratoire de recherche et fonde la Bodega Juan Carlos Sancha. De façon artisanale (40 000 bouteilles par années), il vinifie de main de maître des cépages rares de la Rioja. Jéroboam est fier de représenter ses vins.

En ce moment, vous pouvez mettre la main sur son rarissime Tempranillo Blanco 2016, Ad Libitum au coût de 27,80$ en caisse de 6, en importation privée; la production annuelle atteint à peine 6000 bouteilles. Issu de vignes plantées en 1997, le vin est fermenté et élevé en cuve d’inox pour laisser ce cépage unique s’exprimer. À boire sans retenue pour les deux prochaines années.